fbpx

16/11/2021 – 5 opportunités à saisir pour payer moins d’impôt en 2022

C’est presque la fin de l’année et vous n’avez pas encore fait de démarches pour réduire vos impôts? Vous avez encore le temps de le faire et d’économiser quelques euros sur votre prochaine déclaration fiscale. Voici nos 5 conseils pour payer moins d’impôts en 2022. 

 

 

Il est temps de penser aux dépenses fiscales pour l’année prochaine. L’année se termine dans moins de 2 mois mais il n’est pas trop tard pour profiter d’avantages fiscaux.

 

1. Optimiser le versement sur son 3ème pilier

Pour les frontaliers genevois imposés à la source, faire un versement un 3ème pilier A permet de réaliser une économie d’impôt significative. Le montant maximum du versement est plafonné à 6’883.- CHF et viendra en déduction du revenu imposable en Suisse.

Pour bénéficier de cet avantage, il faudra vous assurez que vous êtes éligible au statut de quasi résident. En effet, depuis le 1er Janvier 2021, il n’est plus possible de faire une simple demande de rectification pour un versement sur ce type de contrat, il faut être éligible au statut de quasi-résident et formuler une demande de Taxation Ordinaire Ultérieure. Pour être éligible à ce dispositif, il faut que 90% de vos revenus ( salaire, pension, revenus locatifs) soient perçus en Suisse. Il est recommandé de se faire accompagner par un professionnel et d’avoir selon votre situation, un avis en amont de votre versement. Si c’est le cas, le 3ème pilier A est vraiment un bon plan !

RECOMMANDÉ POUR : Frontaliers Genevois dont 90% des revenus sont d’origine suisse.

 

 

2. Le PER ( Plan Epargne Retraite ), le 3ème pilier à la française

Réformé en 2019 dans le cadre de la loi PACTE, le nouveau PER est une solution d’épargne qui permet de se constituer un capital tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt. Ce nouveau PER ressemble en de nombreux points à pour son cousin helvétique le 3ème pilier : 

  • Les versements génèrent un réduction d’impôt car ils viennent en déduction du revenu imposable. Pour un salarié, le montant maximum s’élève à 10% du revenu N-1 dans la limite de 32’909 €
  • Le capital est bloqué jusqu’au départ en retraite sauf exception ( invalidité, décès du conjoint, surendettement,  fin droit au chômage, acquisition résidence principale).
  •  Choix des supports d’investissement de votre épargne.

A la sortie, l’épargnant à le choix de sortir soit sous forme de rente, soit en capital. Le PER est proposé par les banques, assureurs ou conseiller en gestion de patrimoine.

 

RECOMMANDÉ POUR :  Tous les frontaliers payant des impôts sur le revenu en France. 

 

3. FIP et FCPI : En investissant dans les entreprises 

FIP et FCPI sont 2 placements financiers qui permettent à l’investisseur de bénéficier d’une réduction d’impôt de 25% des sommes versées dans la limite de 12’000 € pour une personne seule ou 24’000 € pour un couple. 

Les FIP ( Fonds d’Investissement de Proximité) et FCPI ( Fonds Commun de Placement dans l’Innovation) ont été créés pour favoriser le développement des PME françaises et des zones frontalières.

Ces investissements financiers peuvent générer des plus values comme des moins values et sont considérés comme des placements à risques n’offrant aucune garantie sur le capital. Ils sont donc réservés à des investisseurs avisés. Le souscripteur ne doit pas engager plus de 5% à 10% de son épargne. Si vous êtes prudent dans vos placements, cette solution n’est pas adaptée.

Vous pouvez trouver ce type de solution auprès de votre banque ou conseiller en gestion de patrimoine. Votre choix dans la sélection des fonds doit prendre en compte les frais d’entrée, de gestion et la qualité de la société de gestion. La compétence de cette dernière dans la sélection des entreprises est déterminante dans la performance de votre investissement.

 

POUR QUI ? : Frontaliers payant des impôts en France disposant d’une épargne solide et disposant de bonnes connaissances des marchés financiers.

 

 

 

4. SOFICA : Défiscaliser et soutenir le cinéma

Afin de soutenir le 7ème Art, l’État encourage l’investissement dans l’industrie cinématographique à travers une réduction d’impôt entre 30% et 48% des versements nets dans la limite de 25% du revenu net et 18’000 €.  

Les fonds servent à financer la production de premiers ou de seconds films. Les SOFICA sont extrêmement intéressants au niveau fiscal : défiscalisation immédiate jusqu’à 8’640 €. Le rendement est lui beaucoup aléatoire et la perte du capital est une réalité bien présente qu’on peut régulièrement estimée entre 10% et 60%.

Les titres doivent être conservés durant 5 ans sous peine d’une remise en cause de la réduction d’impôt. 

Le nombre de SOFICA agréé étant limité, il est recommandé de se rapprocher de sa banque ou conseiller en gestion de patrimoine rapidement.

 

POUR QUI ? Frontaliers payant des impôts en France disposant d’une épargne solide et passionné de cinéma.

 

 

 

5. Les dons pour soutenir les associations

En versant un don ou une cotisation à un organisme non lucratif pour bénéficier d’une réduction d’impôt de 66% du total des sommes versées dans la limite de 20% du revenu imposable. Le taux peut monter jusqu’à 75% dans la limite de 536 euros, si l’association concernée fournit des repas, des logements ou des soins aux personnes défavorisées.

Ces dispositifs présentent tous un avantage fiscal et vous permettront de réduire la facture pour 2022. Le choix d’un support plutôt qu’un autre est à orienter en fonction de sa propre situation ( impôt à la source à Genève ou fiscalité des revenus en France), sa propre sensibilité ( dons, cinéma) et la bonne compréhension du produit. 

A travers leurs compétences fiscales et financières, les conseillers en gestion de patrimoine accompagnent les frontaliers dans le choix des supports d’investissement. 

 

 

 




Partagez avec les frontaliers !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.