fbpx

17/06/2013 – Panique sur les marchés, le franc suisse recherché

Les temps changent mais la règle demeure toujours d’actualité : le franc suisse représente toujours un refuge en cas d’instabilité sur les marchés. Nous le vérifions encore ces derniers jours avec un retour du cours euro/chf sous les 1.23 après avoir frôlé 1.24 en début de semaine. Pourtant dans le même temps l’euro reprenait de la force face au dollar, mais cela n’a pas été suffisant pour résister à l’attrait de la monnaie helvétique. Deux explications à ces variations : l’euro a “bénéficié” de la liquidation de positions de fonds spéculatifs qui jouaient un effondrement de la monnaie unique. En passant le cap des 1.330 face au dollar, ils ont liquidé en masse leurs options  en achetant de l’euro. L’autre événement, c’est le retour de l’inquiétude sur les marchés, sur fond de baisse spectaculaire du Nikkei et de nouvelles inquiétudes autour de la Grèce, ramenant les investisseurs vers le franc suisse.
Au risque de nous répéter, nous continuons de penser que nous pourrons finir l’année vers 1.30, car l’ Europe a encore fait un pas en avant dans le renforcement de ses structures. Il semble que le projet d’union bancaire européenne ait  fait un pas déterminant la semaine dernière. Pour mémoire, cette entité doit “superviser” les banques européennes et les renflouer en cas de difficulté, se substituant ainsi aux états. Rappelons que c’est le sauvetage des banques en 2007 qui a fait exploser les dettes publiques des pays de la zone euro. Et bien ce projet, pour lequel les Allemands  mettaient un blocage, semble avoir trouvé son chemin et nous pourrions avoir une bonne nouvelle dans les prochains jours.
Cela devrait redonner confiance dans la monnaie et donc faire remonter son cours par rapport au franc suisse.
Pour les frontaliers qui souhaitent emprunter ou renégocier leur crédit immobilier, il ne faudra pas trainer car les taux fixes repartent à la hausse. Nous devrions constater le mois prochain une hausse de 15 à 20 centimes sur les conditions de financement en francs suisses.
Allez, tout de bon, comme on dit chez nous !




Partagez avec les frontaliers !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.