fbpx

08/07/2013 – Paroles, paroles et paroles

Il a suffi qu’ils s’expriment à nouveau pour que tout le monde soit rassuré. Ils nous ont dit que la crise européenne était loin d’être réglée et que par conséquent les taux d’intérêts demeuraient bas pour longtemps….et les marchés sont repartis à la hausse, l’euro a repris de la valeur notamment vis-à-vis du franc suisse en finissant la semaine à 1.236 contre 1.23 en début de semaine. Ils, ce sont les patrons des banques centrales, en l’occurrence celui de la banque centrale européenne et le nouveau patron de la banque d’Angleterre. Ils font aujourd’hui la pluie et le beau temps tant les investisseurs sont devenus accro à leur injection de monnaie pour soutenir l’économie. Donc l’euro remonte car la situation en Europe n’est pas bonne ….mais comme Mario Draghi (patron de la BCE) a dit qu’il allait soutenir la monnaie, les investisseurs sont rassurés et achètent de l’euro.  Bizarre non ?
 

En Suisse, l’activité économique demeure solide. Les chiffres du chômage sont en recul pour le mois de juin avec un taux qui passe sous les 3% à 2.9%. Genève demeure le mauvais élève mais voit tout de même une légère baisse des demandeurs d’emplois (hors frontaliers).

 

En France, on sait que les hommes politiques ne comptent pas, surtout quand il s’agit d’argent public mais cette fois cela va leur coûter cher. Le candidat Sarkozy a dépassé son budget de campagne de 400’000 € avec pour conséquence le non remboursement de ses dépenses de campagne pour 11 millions. Et il nous annonce qu’il assumera ses responsabilités et lance un Sarkothon pour sauver l’UMP. Notez qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour les dépenses publiques. L’état a déjà trouvé 2.75%  sur « le pactole » de 400 Millions d’Euros que le gouvernement voudrait récupérer avec la CMU des frontaliers. Merci Sarko.

 

Les difficultés éprouvées par les pays du sud de l’Europe pourraient rallumer les inquiétudes autour des perspectives économiques de la zone euro qui ne redémarre pas. Bien sûr , il faudra compter sur le parole de Mario Draghi, mais cela va-t-il suffire ? Dans ces conditions, nous pourrions assister à court terme à un nouveau repli de la monnaie unique face au franc suisse. Pour la semaine à venir, le cours euro/chf devrait demeurer dans une fourchette 1.225 à 1.24 avec une orientation plutôt vers le bas de la fourchette.

 

Pour les frontaliers (et futurs frontaliers), la hausse des taux des crédits immobiliers en francs suisses  est bien présente sur les barèmes des banques de la zone frontalière mais demeure modérée (+0.20% en moyenne). Nous n’attendons pas forcément une hausse pour les prochains mois mais une stabilisation autour des niveaux actuels.

 

Allez, tout de bon, comme on dit chez nous !




Partagez avec les frontaliers !
0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x