fbpx

21/01/2013 – Vent d’euphorie, l’euro s’envole !

 
 
Après 18 mois de pessimisme, ou semaine après semaine « les spécialistes » nous annonçaient la fin du monde, la fin de l’euro, voilà que le vent a tourné, que la confiance revient et que la monnaie unique s’envole. Pour le cours euro/chf cela s’est traduit par une pointe au-delà de 1,25 en fin de semaine, un sommet qui n’avait plus été atteint depuis fin 2011.
 
Et tant pis si cela ne doit durer qu’un temps et que nous succombons facilement à l’embellie des marchés, mais il faut avouer que cela fait du bien de retrouver un peu d’optimisme après des mois de torpeur. La fin du monde est derrière nous, nous sommes toujours vivants !
 
Même le FMI va de son couplet en saluant les efforts extraordinaires de l’Irlande et du Portugal pour réduire leurs dettes et  Christine Lagarde a son tour fait preuve d’un large optimisme sur l’avenir de la Grèce ! Le monde a changé je vous dis…
 
Malgré tout il convient de rester mesuré car la situation économique en Europe n’est pas très bonne avec un taux de chômage très élevé. Alors si les marchés redonnent du crédit à la monnaie unique sur la base des garanties données par les dirigeants européens, le chemin du retour vers la croissance sera long. La hausse de l’euro reste donc fragile mais surtout stratégique pour les grandes puissances économiques mondiales qui cherchent à relancer la croissance dans leurs pays en affaiblissant leur monnaie pour favoriser leurs exportations.
 
La BNS a gagné la partie. Le pari audacieux de racheter de l’euro afin de garantir un cours à 1,20, a été critiqué, contesté, dénoncé, mais fut salutaire pour l’économie helvétique. Et revoir l’euro à 1,25 doit redonner un peu d’espoir aux entreprises suisses.
 
Pour la semaine à venir, le cours euro/chf devrait consolider sa position autour de 1,25 dans une fourchette 1,22 à 1,27. Nous n’envisageons pas à court terme un retour vers 1,30, mais il semble possible dans le courant de l’année.
 
Pour les frontaliers c’est forcément un peu moins bien, même si au regard des années passées les conditions restent très favorables. La période nous semble toute indiquée pour la signature de couvertures de change, avant que l’euro ne s’envole encore un peu plus haut !
 
Allez, tout de bon, comme on dit chez nous.
 
 




Partagez avec les frontaliers !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.